22 Rive Gauche
 
Accueil du site > Presse > Le tout premier avion Jumbo de la compagnie Air

Le tout premier avion Jumbo de la compagnie Air

UN NOUVEAU DECOLLAGE POUR LA CREATION CONTEMPORAINE

L’exposition « le mur du son » marque un nouvel envol dans le monde artistique avec la métamorphose d’un avion, support atypique et symbolique, faite par quarante artistes de renommée internationale. Cette exposition s’installe du 12 avril au 15 mai 2005 au musée « Autoworld » de Bruxelles avant de partir pour de nouvelles destinations.



Le tout premier avion Jumbo de la compagnie Air France, le Boeing 747 « Victor Mike », cesse désormais de survoler le monde et s’ouvre aujourd’hui à de nouveaux horizons. Après avoir été démantelé l’année dernière à l’occasion du centenaire de l’aviation les pièces majeures ont été sélectionnées par des dizaines d’artistes contemporains. Cet avion n’est plus seulement un objet du voyage, il est devenu un support à la création grâce au fabuleux travail des quarante artistes qui se sont laissés guider librement par leur imagination. Peter Klasen, Feng Xiao-Min, Miss Tic, Némo, Jean Miotte et les autres artistes ont chacun décidé de repeindre deux pièces de cet avion pour lui donner une toute nouvelle image. C’est en fait l’assemblage de l’ensemble des 80 oeuvres individuelles qui a permis de faire naître cette fabuleuse oeuvre collective.


CE PROJET HORS DU COMMUN N’AURAIT JAMAIS PU VOIR LE JOUR SANS DANIEL BOULOGNE, MECENE D’ART DEPUIS PLUS DE TRENTE ANS.

Cet homme, créatif et sans limite, conçoit sans cesse, à l’abri des regards, des projets artistiques que l’on oserait à peine imaginer. En 1976, il pose sa première signature sur le Calder situé à la Défense et sa première oeuvre monumentale remonte à novembre 1989. Après avoir entendu à la radio que le mur de Berlin allait être détruit, il décide de faire don de deux tonnes de peinture à des artistes allemands de l’est afin de les laisser s’exprimer en toute liberté. En 2000, il décide de laisser un message de paix et réalise à l’aide de plusieurs artistes le mur des « je t’aime », écrits dans toutes les langues, à Abbesses. En 2003, il décide de célébrer le centenaire de l’aviation et apprend par hasard que le premier avion Jumbo d’Air France va finir à la casse. C’est dans l’ombre que cet avion tant apprécié pendant des années, cette oeuvre magnifique du génie humain, allait être vendu à des ferrailleurs. C’est en apprenant cette triste nouvelle, que Daniel Boulogne a eu envie de conjurer le sort du Boeing 747. Il décide alors de lui donner la vie éternelle en transformant acier et aluminium en plus de quatre-vingt supports à la création. Une idée hors du commun qui a donné vie à des dizaines de peintures et sculptures contemporaines qui vont désormais parcourir le monde.


« EN IMAGINANT CE PROJET, J’AI VOULU RENDRE HOMMAGE À L’ECLECTISME DE LA SCENE CONTEMPORAINE »

L’exposition « Le mur du son » est une réelle invitation au voyage grâce au choix du support et aux multiples sources d’inspiration des artistes chacun venus d’univers différents. Les artistes peintres étrangers avec notamment l’espagnole Lara Del Aor, l’indienne Nadine Le Prince, le chinois Ma Tsé-Lin, les russes du collectif Letaska Acadomia ou bien l’israélien Yéhiel Rabinowitz se sont beaucoup inspirés de leur culture originelle et souvenirs d’enfance 2 pour contribuer à cette transmutation spectaculaire. Nadine Le Prince a choisi de représenter ses oeuvres « Vol enchanté » et « Havely » en rapport avec l’Inde tout en faisant un clin d’oeil à l’aviation. Caroline Le Jeune a préféré s’inspirer du support pour définir son sujet et l’illustre à merveille à travers ses deux oeuvres complémentaires « Hublot » et « Paysage » : elle y représente ce que l’on voit de l’extérieur de l’avion et ce que l’on y observe de l’intérieur. De même, Anne-Lise Decré s’aide du support pour symboliser « le départ » et « l’arrivée », deux façons de voir le monde selon si l’on part voyager ou si l’on reste à quai. En revanche, certains artistes sont restés fidèles à leurs habitudes avec par exemple Jérôme Mesnager qui a choisi de dessiner son célèbre « homme blanc » « dans l’espace », pour en faire deux oeuvres inséparables…


« CE NOUVEL ACCROCHAGE CONCRETISE LE DEBUT D’UN LONG VOYAGE À TRAVERS DE MULTIPLES DESTINATIONS ET DE LARGES HORIZONS ».

Après l’inauguration de cette exposition à Paris en février dernier, puis Bruxelles, l’oeuvre prendra le chemin de Châteauroux, ville où il a été démantelé, puis l’exposition sera accueillie au Musée de l’air et de l’espace du Bourget, à la fondation Chelsea de New York et bien d’autres endroits pour accueillir, à chaque fois, de nouveaux regards. Un rendez-vous dans le temps et dans l’espace à ne pas manquer…


Claire NAA
Coordonnées :
Musée Autoworld
Parc du Cinquantenaire
1000 Bruxelles
Tel : 0032 2736 4165

&

D@niel BOULOGNE
01 4786 1414
06 7353 7660

Sources : http://www.docstoc.com

Mentions légales  |  Plan du site  |  Conception et réalisation : Little Big Studio